L’IMPORTANCE DES RITUELS POUR LE JEUNE ENFANT

Le rituel peut se définir comme une action, un évènement qui va se répéter chaque jour dans le même ordre, dans le même temps, dans le même espace.En instaurant des rituels au sein de la crèche, nous permettons au jeune enfant de se repérer plus facilement dans sa journée, alors qu’il n’a pourtant pas encore cette notion du temps. Il va ainsi pouvoir mieux appréhender ce qu’il va se passer pour lui. Cela participe donc à sécuriser l’enfant et lui permet de vivre sa journée plus sereinement !

DES RITUELS POUR RÉPONDRE AU BESOIN DE SÉCURITÉ DU JEUNE ENFANT

Le jeune enfant n’aime pas les « imprévus » : cela rime avec « insécurité » pour lui. Au contraire, l’enfant a besoin de répétitions, de situations qu’il connaît et qu’il maîtrise. Les rituels mis en place à la crèche viennent répondre à ce besoin : ils vont jalonner la journée de l’enfant et permettre à ce dernier de pouvoir lui-même anticiper ce qui l’attend. Après le repas par exemple, l’enfant sait qu’il y aura un temps calme proposé autour d’un livre, d’une chanson douce et qu’il sera ensuite l’heure d’aller se reposer à la sieste… Nous cherchons ainsi à limiter toutes situations qui pourraient être anxiogènes, sources de stress pour lui.

Il est donc primordial en tant que professionnels de veiller à bien respecter les différents rituels instaurés à la crèche et, si le groupe paraît « insécure », il sera également important que les équipes réfléchissent à instaurer de nouveaux rituels pour parvenir à davantage sécuriser ce dernier. Chez Pim Pam Pomme, il existe différents rituels : le temps de regroupement le matin avec la chanson du « bonjour », la présentation du menu avant le repas, le temps calme avant la sieste, la chanson du « rangement » … Ces habitudes quotidiennes viennent en premier lieu répondre au besoin du jeune enfant et participent alors à favoriser leur bien-être !

Les rituels offrent de véritables repères à l’enfant. Il est donc très important que l’ordre de ces rituels, le moment et l’espace où ils ont lieu ne soient pas modifiés, au risque sinon d’avoir l’effet inverse et de devenir très insécurisant ! En cas de changements, si ceux-ci s’avèrent essentiels, plus adaptés, il est nécessaire de les verbaliser auprès des enfants et, si possible, d’effectuer les changements avec eux. Si on décide de ré-aménager le coin « cocooning » dans un autre endroit de la section par exemple, on peut solliciter l’aide des enfants, selon leurs capacités, pour déplacer les coussins… Ces changements doivent tout de même s’effectuer avec modération !

L’instauration de rituels peut être à l’initiative des professionnels mais peut également être à l’initiative de l’enfant, de son parent et être, dans ces cas-là, bien spécifique à chacun. Lors de la séparation du matin par exemple, certains enfants prendront le rituel de faire un coucou à leurs parents par la fenêtre ; pour d’autres cela sera un bisou du parent sur la main ou sur le doudou… À chacun son rituel ; à nous de les identifier et de les respecter pour que ces séparations se passent de la meilleure façon possible pour l’enfant !

LES RITUELS PARTICIPENT À FAVORISER L’AUTONOMIE DE L’ENFANT

En instaurant des rituels, les jeunes enfants peuvent devenir davantage acteurs de l’organisation. Ils vont comprendre et intégrer très vite le déroulement de la journée à la crèche, identifier « l’avant » et « l’après », et pouvoir être alors d’autant plus participatif  ! Après être allés aux toilettes, ils sauront qu’il faut se laver les mains ; après le temps de la sieste, les enfants sauront qu’il faut s’habiller et pourront alors chercher d’eux-mêmes leur bannette avec leurs vêtements quand ils seront bien réveillés. De la même manière, après le repas, certains enfants peuvent parfois aller choisir un livre et le tendre au professionnel présent dans la section ; signe qu’il est bientôt l’heure d’aller se reposer ! Ces différentes routines offrent ainsi la possibilité à l’enfant de contrôler son environnement et de pouvoir agir sur celui-ci.

Au sein de la crèche, cela permet même à l’enfant de développer ses habilités sociales. Les enfants apprendront progressivement à attendre leur tour lors du « lavage des mains » avant le repas par exemple. Plus l’enfant aura vécu la situation et ce rituel, moins cela deviendra frustrant pour lui car il saura que les professionnels penseront bien à lui au moment venu. De la même manière, pour le repas des bébés, dans certaines structures petite enfance, il arrive que les professionnels proposent les repas à chaque enfant, dans un ordre bien précis et toujours identique. En respectant cet ordre et ce même rituel, le tout-petit apprendra petit à petit à patienter car il aura repéré que cela n’est pas encore son tour.

Il existe des outils très intéressants à mettre en place en crèche pour permettre à l’enfant de se repérer dans le temps et identifier les différents rituels.La « frise de la journée » par exemple peut aider l’enfant à comprendre « visuellement » où il en est dans sa journée. Quand l’enfant réclame son parent, nous pouvons alors utiliser cette frise pour lui montrer les différentes « étapes » à passer avant les retrouvailles du soir.

Exemple d’une partie de «frise de la journée à la crèche » :

 

 

Nous n’avons pas idée à quel point chaque journée offre son lot de nouveautés aux jeunes enfants ; il peut également y avoir des évènements inattendus dans la journée qui peuvent générer chez eux de la peur et de l’angoisse. Grâce aux petites routines du quotidien, nous allons offrir aux enfants un cadre suffisamment rassurant, avec des repères spatio-temporels bien définis, une certaine constance pour que toutes ces nouveautés ne viennent pas mettre les enfants en difficultés. Lors des moments de transition, lors des changements de lieux, de personnes, les rituels seront alors d’autant plus important à mettre en place.

Comme le dit Boris Cyrulnik, neuropsychiatre français « un enfant heureux est un enfant sécurisé ». En participant à sécuriser le jeune enfant dès son arrivée à la crèche, nous lui offrons la possibilité de partir sereinement à la découverte du monde, alors ne nous privons pas de ces petits rituels qui ponctuent notre quotidien !

Delphine DESGARCEAUX – EJE – Coordinatrice Pédagogique Pim Pam Pomme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *