JOUER À SE DÉGUISER : QUEL INTÉRÊT POUR LE JEUNE ENFANT?

Nos crèches PIM PAM POMME ont fêté « Carnaval » ce mois-ci : l’occasion pour petits et grands d’enfiler leurs costumes de princesses, de chevaliers ou encore de super-héros !

Cette journée festive, qui s’inscrit dans notre culture, met à l’honneur les déguisements et offre l’opportunité à chacun de pouvoir devenir quelqu’un d’autre, selon ses envies et son imaginaire.

Jouer à se déguiser est une activité qui a de nombreux bénéfices pour les jeunes enfants et qui a donc tout son intérêt à la crèche. Il n’est donc pas nécessaire d’attendre une occasion particulière pour en faire profiter les enfants !

 

SE DÉGUISER POUR SOLLICITER L’IMAGINAIRE DE L’ENFANT

Vers 2 ans, les touts-petits commencent à prendre plaisir à se transformer : on peut par exemple les voir s’amuser à enfiler 

des chapeaux, une paire de lunettes, des chaussures d’adultes…  Ce sont ici les prémices du déguisement : à travers l’imitation des plus grands qui l’entourent, le jeune enfant fait ses premières expériences de transformation !

Les déguisements et accessoires mis à disposition des enfants vont, au fur et à mesure, leur permettre  d’incarner différents personnages et ainsi favoriser leur créativité et leur imaginaire. En effet, cela donne des inspirations aux enfants pour imaginer leurs jeux, créer des scénarii et contribue ainsi à l’émergence des jeux symboliques (jouer à faire semblant), si importants dans le développement du jeune enfant et qui apparaissent généralement aux alentours de 3 ans.

Il est donc important de laisser le choix à l’enfant de son déguisement, de manière libre, pour permettre ses prises d’initiatives. Des morceaux de tissus, qui n’ont pas une utilité précise, pourront participer à stimuler encore davantage la créativité de l’enfant. Ceux-ci pourront devenir un foulard ou encore une cape : l’enfant est libre de détourner les objets et vêtements à sa disposition !

SE DÉGUISER POUR DÉVELOPPER LES HABILETÉS MOTRICES ET SOCIALES

Enfiler un déguisement, et même l’ôter, demande aux jeunes enfants de la précision dans leurs gestes : boutonner une chemise, monter une fermeture éclair, faire un noeud, mettre des gants…  Ils développent ainsi, petit à petit, leur motricité fine.L’enfant, lorsqu’il commence à prendre plaisir à se déguiser, est souvent en pleine phase de construction de son identité. Cela lui permet alors de jouer des rôles, d’imiter les autres, de se confronter également à ses propres peurs : c’est un levier extraordinaire pour permettre aux petits d’exprimer leur personnalité, leurs émotions ; même pour les enfants plus timides. Cela permet de renforcer son estime de soi : il est souvent valorisant pour le jeune enfant de se mettre dans la peau d’un « grand » le temps d’un instant !

Jouer à se déguiser vient donc renforcer les habiletés sociales. Les temps de déguisement sont régulièrement source d’interactions entre les enfants, entre moments de rires et de complicité. Il faut également parfois apprendre à prêter le costume à un copain ou encore à devoir attendre son tour. Ces situations sont riches pour apprendre à mieux vivre ensemble.

METTRE EN PLACE L’ACTIVITÉ « DÉGUISEMENT »

RESPECTER LES CHOIX ET LES BESOINS DES ENFANTS

Il est primordial de respecter le choix des enfants pour que « jouer à se déguiser » garde tous ses bénéfices et notamment sa fonction première : celle de prendre du plaisir !

Certains enfants n’aiment pas se transformer, d’autres accepteront seulement de porter un petit accessoire. Il ne faut pas oublier qu’à cet âge les enfants sont dans une phase où la construction identitaire s’installe et peut parfois rester encore fragile. Se déguiser peut donc engendrer de la peur pour certains enfants. En tant qu’adulte, il faut faire preuve de bienveillance et respecter les besoins et envies de chacun : se déguiser se fait avec l’accord de l’enfant uniquement !

Certains costumes peuvent également apparaître très genrés, seulement si l’on se place du point de vue des adultes (les fées pour les filles par exemple et les super-héros pour les garçons). Il est pourtant important de ne pas interdire à l’enfant un déguisement vers lequel il portera son attention. A travers les costumes, les enfants interrogent leur identité donc laissons-les explorer…

Dans les cas où les adultes sont amenés, eux aussi, à se déguiser, il peut être rassurant d’opérer la transformation devant l’enfant : cela permettra de rassurer ce dernier qui comprendra alors qui se cache derrière le costume et évitera qu’il soit effrayé !

Comme nous l’avons vu précédemment, jouer à se déguiser prend véritablement son sens vers 2-3 ans seulement. Si des enfants plus jeunes sont déguisés à certaines occasions, comme le Carnaval, il est donc important de le proposer avec modération, en choisissant de marquer l’évènement avec un petit détail sur un vêtement par exemple. Inutile de choisir des costumes qui seront inconfortables et viendront gêner le tout-petit dans ses explorations : les bébés n’apprécient pas particulièrement se déguiser !

CRÉER UN ESPACE « DÉGUISEMENTS »

Pour permettre aux enfants, à partir de 2-3 ans, de se déguiser à leur convenance, il peut être intéressant de laisser une malle à leur disposition, dans un espace qui leur est familier. Mais que pouvons-nous mettre dedans ?

Il n’y a pas besoin d’investir dans des panoplies complètes comme celles de princesses ou encore de pompiers. Des vêtements comme des foulards, des gants, des tee-shirts, des chapeaux… ainsi que des accessoires comme des sacs, des lunettes, des casques… constitueront de véritables trésors pour les jeunes enfants qui ne manqueront pas d’offrir à ces objets une seconde vie ! Avec ces propositions, nous offrons à l’enfant de nombreux choix possibles pour se transformer, selon son rythme et ses envies. 

Il faudra d’ailleurs veiller à glisser dans cette malle des vêtements faciles à enfiler pour les enfants afin de limiter l’intervention de l’adulte et éviter à l’enfant de se décourager, ainsi que des vêtements pas trop grands pour limiter les chutes.

Pour que cette malle vive et continue de susciter l’intérêt des jeunes enfants, il ne faudra pas hésiter à l’agrémenter régulièrement de nouveaux vêtements ou accessoires.

L’installation d’un miroir dans cet espace, permettant à l’enfant de se voir en entier, apparaît également primordiale. En effet, grâce au miroir, l’enfant va prendre conscience qu’il reste la même personne même en changeant d’apparence. Cela peut être rassurant pour certains enfants qui oseront alors plus facilement se transformer, tout en gardant un oeil sur l’évolution de leur image en parallèle.

Au delà de Carnaval ou encore d’Halloween, il peut donc être intéressant de réfléchir en équipe à la place que l’on souhaite accorder aux « déguisements » au sein des crèches, notamment pour les plus grands à partir de 2 ans. En effet, cette activité, en jeu libre, est toujours source de créativité pour le jeune enfant et laisse souvent place à de jolis moments d’observation pour les professionnels. Il s’agit en plus d’un espace très facile à mettre en place et peu coûteux : on aurait bien tort de s’en priver !

Delphine DESGARCEAUX – EJE – Coordinatrice Pédagogique Pim Pam Pomme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *