En route pour le Jeu… Libre !

Pour nos tout-petits, le jeu est une activité à prendre très au sérieux et occupe d’ailleurs souvent une grande partie de leur journée.

En effet, au-delà de la notion de « plaisir » à laquelle nous renvoie ce terme, c’est également un véritable travail d’exploration qui les attend à chaque fois ! Lors de ces temps de jeux, les jeunes enfants mettent tous leurs sens en éveil : ils développent alors de nouvelles compétences et découvrent le monde qui les entoure afin de pouvoir, par la suite, mieux l’appréhender.

L’importance du jeu libre

Le « jeu-libre » est l’opportunité pour l’enfant d’être l’acteur principal de son jeu : l’adulte met à disposition de l’enfant des jeux et laisse l’enfant s’en saisir comme il le souhaite. Ce sont des temps nécessaires pour les enfants, que ce soit à la maison ou en structure d’accueil, puisque grâce à ces moments, l’enfant va développer à la fois sa curiosité et sa créativité. 

En lui laissant cette autonomie, nous lui laissons l’occasion de faire ses propres expériences et l’encourageons alors à développer sa confiance en soi.

Proposer à l’enfant des temps de jeux libres, c’est également donner à l’enfant le droit, par moment, de « s’ennuyer » et de simplement le laisser observer autour de lui … Cela peut aussi être une source d’apprentissages ! De nos jours, le quotidien des enfants est déjà bien rythmé et les stimulations sont souvent nombreuses : les bruits, les lumières, la quantité des jeux proposés, les temps d’activités… Ces moments de jeux « libres » où l’enfant pourra prendre son temps sont alors très précieux et doivent être préservés.

Enfin, ces temps offrent à l’enfant l’occasion d’aller à la rencontre de l’autre et d’apprendre ainsi certaines règles sociales. Dès le plus jeune âge : il lui faudra apprendre petit à petit à partager, à attendre son tour…

L’aménagement de l’espace – le choix des jouets

L’aménagement de l’espace doit d’abord être pensé par l’adulte pour pouvoir proposer ensuite à l’enfant des temps de jeux libres. En effet, il sera nécessaire d’offrir à l’enfant à la fois un cadre sécurisant et un aménagement répondant à ses besoins et à ses capacités. Cette réflexion en amont permettra alors d’éviter une intervention trop prégnante de l’adulte dans le jeu de l’enfant et de lui laisser ainsi une réelle liberté dans l’appropriation que celui-ci voudra en faire.

Contrairement à ce que les publicités voudraient nous faire croire, Il n’y a pas besoin de proposer à l’enfant des jouets très sophistiqués. Tout le monde a déjà fait l’expérience à Noël d’observer un enfant davantage intéressé par l’emballage du cadeau que le contenu en lui-même ! Des boîtes, des tissus, des bassines, des balles… feront largement le bonheur de nos tout-petits et participeront même souvent à développer leur imaginaire. Ainsi, une bassine peut se transformer en chapeau, un rouleau en jumelles…  Nos jeunes enfants ne manquent souvent pas d’idées ! 

Nous pourrons enrichir cet environnement de jeu en variant les propositions : faire le choix de matières, d’odeurs différentes…

On privilégiera également un nombre adapté de jeux à disposition : ni trop peu pour éviter les conflits entre enfants, ni en trop grand nombre pour éviter une sur-stimulation. 

Les jouets proposés doivent être accessibles à l’enfant, être à sa portée et devront être sélectionnés notamment en tenant compte de son âge et de ses compétences : pour un bébé, nous adopterons par exemple des jeux légers, faciles à attraper…

Souvent les jouets peuvent devenir une source de conflits entre les enfants : ils veulent tous le camion rouge ! Il faut savoir que, dans cette situation, quand un tout-petit va vouloir prendre le jouet d’un copain, ce n’est pas le camion rouge qu’il veut à tout prix mais c’est d’abord pouvoir ressentir le plaisir que son copain semble avoir en jouant avec ce fameux camion. Pour les jouets très plébiscités des enfants, il peut donc être préférable de les avoir en plusieurs exemplaires pour réduire les conflits !

Sous le regard bienveillant de l’adulte…

Au cours de ces temps de jeux libres, l’adulte développe une observation contenante : l’enfant ressentira alors le regard, l’attention de l’adulte porté sur lui, ce qui va contribuer à nourrir sa confiance en lui. L’adulte pourra encourager l’enfant au cours de ses explorations et ainsi participer à favoriser son estime de soi. L’adulte peut également avoir un rôle à jouer dans l’accompagnement de la frustration qu’un enfant peut ressentir, s’il n’a pas eu le jeu désiré par exemple : il  va l’aider à mieux gérer cette frustration et à pouvoir l’accepter. Il veillera cependant à ne pas intervenir trop rapidement pour laisser le jeune enfant trouver les solutions par lui-même, sans pour autant le mettre en difficultés.

Ces temps de jeux-libres sont très riches en information pour nous, adultes : nous allons pouvoir observer les jeux qui attirent l’attention de l’enfant, sa capacité à détourner un objet… 

Lorsque l’enfant grandit, il va également pouvoir rejouer certaines scènes de son quotidien, extérioriser ses émotions… En plus d’avoir de véritables vertus thérapeutiques pour l’enfant, cela peut, là-aussi, être une source d’informations précieuses pour nous adultes ! 

Le jeu est une activité spontanée essentielle, même indispensable, pour le bon développement du jeune enfant. Si nous observons un enfant qui joue moins ou ne joue pas et que cela semble s’installer, cela devra alors attirer toute notre attention. C’est un signe important à repérer qui peut venir nous signifier un mal-être pour l’enfant par exemple : l’enfant vit-il des changements particuliers en ce moment ? Est-il malade ? Comment cela se passe à la maison et en structure d’accueil ? Quels jeux pourraient susciter son intérêt ? 

Ce sont autant de sujets que nous tenterons de questionner pour mieux comprendre et répondre à ses besoins.

Delphine DESGARCEAUX – EJE – Coordinatrice pédagogique PIM PAM POMME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *